COMMUNIQUÉ DE PRESSE

le 18/11/2013

Alors qu'un « soulèvement populaire » – discrètement instrumentalisé par le patronat de l'agroalimentaire et des transports – réclame moins de taxes et plus de droit à polluer, il est une filière, propre, qui, elle, aimerait bien être taxée et ainsi participer au bon fonctionnement des services publics et sociaux, et ne plus avoir à subir la violence de l'État et d'organisations criminelles. Cette filière, c'est celle du chanvre récréatif qui, depuis le paysan cannabiculteur jusqu'au distributeur dans son « cannabistrot », pourrait faire gagner des centaines de millions d'euros à la collectivité plutôt que de lui en coûter inutilement en la réprimant.
La « révolution verte » est en marche, l'Europe se doit de ne pas la louper…




CIRC Paris 2013 - le CIRC ne fait pas de prosélytisme. admin