Le CIRC et le cannabis thérapeutique

Le Cannabis est aussi une plante médicinale

 

Lorsque nous avons créé le CIRC en 1991, nous ne savions rien ou si peu des vertus thérapeutiques du cannabis, si ce n’est que des préparations à base de chanvre étaient disponibles en pharmacie jusqu’en 1930 et servaient à atténuer les migraines ou à soulager toutes sortes de maux.


En 1993, lors de la première « Journée internationale d’information sur le cannabis » organisée conjointement par les éditions du Lézard et le CIRC, nous avions invité James Burton.
Si James fume du cannabis, ce n’est pas pour le plaisir, mais avant tout parce qu’il est atteint d’un glaucome, une maladie oculaire. Il a découvert qu’en fumant de la marijuana, à raison d’une cigarette toutes les huit heures, le halo qui se formait autour de la lumière disparaissait et qu’il retrouvait une vision normale.
Or, le 7 juillet 1987, la police découvre 138 pieds d’herbe dans le jardin de James et un petit kilo dans la ferme de 45 hectares qu’il exploite dans le Kentucky.
Condamné à un an de prison, sa ferme (dix-huit ans de travail) confisquée, James Burton est contraint à l’exil cannabique. En 1993, il fonde à Amsterdam le « Institute of Medical Marijuana » dont les objectifs sont multiples : informer le grand public et les médecins, approvisionner (gratuitement) les chercheurs afin qu’ils travaillent sur le potentiel médical du cannabis ou faciliter les contacts entre patients.

Depuis bien longtemps (trop longtemps) le CIRC qui se bat pour la légalisation du cannabis récréatif défend aussi ses vertus thérapeutiques. En 1994, les éditions du Lézard traduisaient le livre de Lester Grinspoon, « Cannabis en médecine » et l’année suivante, le CIRC créait une commission sur ses usages thérapeutiques avec pour objectif de fédérer les patients et de leur donner les moyens, par le biais de l’auto-production, de se procurer leur médicament. Le CIRC Lyon, proche de la Suisse, a aussi contribué à populariser le combat pour que soient reconnues les vertus médicales du chanvre. 

En 2010, de nombreux pays européens tolèrent ou ont réglementé l’accès au cannabis thérapeutique, que ce soit sous sa forme naturelle ou sous sa forme synthétique.
En 2010, des associations françaises regroupant patients et médecins voient le jour. Autre initiative méritant le soutien du Circ, la création de « Secours Vert » qui se présente comme un réseau d’entraide dont le but « est d’apporter une aide matérielle, financière ou juridictionnelle aux malades ».

On reproche souvent aux partisans de la légalisation du cannabis de se servir du cannabis thérapeutique pour arriver à leur fin. C’est un argument perfide. Celles et ceux que nous connaissons et qui utilisent le cannabis pour soulager des douleurs physiques provoquées, par exemple, par une sclérose en plaque ne recherchent pas le plaisir, ils veulent avant tout « être mieux dans leur corps » et nous considérons, pour des raisons de santé publique, qu’il est temps de légaliser le cannabis à des fins thérapeutiques.

Le CIRC répertoriera les initiatives des uns et des autres, patients chercheurs et associations, en faveur de l’usage du cannabis médical… Mais le CIRC restera vigilant, craignant qu’un jour le gouvernement, dans sa grande mansuétude, cède en distribuant au compte-goutte une version synthétique du cannabis qui enrichira les laboratoires et ne satisfera pas forcément les patients, la plupart préférant la version naturelle à la version synthétique.



1970-2010 40 ans de prohibition
legislation et politique
cannabis therapeutique
societe et actu cannabis
repression et prohibition du cannabis
image

Raoult : À quand une taxe sur le cannabis ?

Le professeur Didier Raoult propose de légaliser puis de taxer le cannabis, un produit aux nombreuses vertus thérapeutiques.
image

Les cannabinoïdes et leurs propriétés medicales

La plante de cannabis et les phytocannabinoïdes

(source www.alchimiaweb.com/blogfr)

CIRC Paris 2013 - le CIRC ne fait pas de prosélytisme. admin