RÉFORME DU CODE PÉNAL : L’ARTICLE 35 VU PAR LE SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE

le 09/09/2014

L’article 35 prévu dans la réforme à venir, s'applique effectivement au délit d'usage de drogues (sans distinction selon les produits) et confiera aux policiers les pouvoirs de transaction pénale déjà détenus par les douaniers. En cas d'interpellation d'un usager, les policiers pourront, avec l'autorisation du procureur, proposer une amende. Si la personne l'accepte, l'amende sera soumise à homologation par un juge (après une audition ou non).

Le Syndicat de la Magistrature s’était opposé à cette disposition pour deux raisons :
- il est pour la dépénalisation de l'usage, donc cette transaction pénale ne va pas assez loin et peut avoir des conséquences financières lourdes sur ceux (les plus précaires et marginaux ) qui sont le plus souvent objet des contrôles policiers
- il est opposé aux dispositifs qui confient aux services de police des prérogatives quasi-juridictionnelles (même si au final, la mesure votée implique l'examen par un juge avec la possibilité d'une audition). Donner ces pouvoirs aux policiers c'est de surcroît leur donner un moyen de pression supplémentaire sur les usagers.

La plateforme de 2012 du SM sur la question des drogues proposait de renforcer les politiques de réduction des risques par l'ouverture de salles de consommation à risques réduits, légalisation du cannabis, la dépénalisation de l'usage de toutes les drogues et de l'acquisition, détention, transport liés à cet usage personnel, dépénalisation de la production de cannabis lorsqu'elle est liée à un usage personnel.


Article 35 En savoir plus sur cet article...

Après l'article 41-1 du code de procédure pénale, il est inséré un article 41-1-1 ainsi rédigé :

« Art. 41-1-1.-I.-L'officier de police judiciaire peut, tant que l'action publique n'a pas été mise en mouvement et sur autorisation du procureur de la République, transiger avec les personnes physiques et les personnes morales sur la poursuite :
« 1° Des contraventions prévues par le code pénal, à l'exception des contraventions des quatre premières classes pour lesquelles l'action publique est éteinte par le paiement d'une amende forfaitaire en application de l'article 529 ;
« 2° Des délits prévus par le code pénal et punis d'une peine d'amende ;
« 3° Des délits prévus par le même code et punis d'un an d'emprisonnement au plus, à l'exception du délit d'outrage prévu au deuxième alinéa de l'article 433-5 dudit code ;
« 4° Du délit prévu à l'article 311-3 du même code, lorsque la valeur de la chose volée est inférieure à un seuil fixé par décret ;
« 5° Du délit prévu à l'article L. 3421-1 du code de la santé publique ;
« 6° Du délit prévu au premier alinéa de l'article L. 126-3 du code de la construction et de l'habitation.
« Lorsque le procureur de la République autorise le recours à la transaction en application du présent article, l'officier de police judiciaire peut soumettre l'auteur de l'infraction, compte tenu de ses ressources et de ses charges, à l'obligation de consigner une somme d'argent, en vue de garantir le paiement de l'amende mentionnée au 1° du II ou, le cas échéant, de l'amende prononcée en cas de poursuites et de condamnation dans les conditions prévues au dernier alinéa du III.
« La transaction autorisée par le procureur de la République, proposée par l'officier de police judiciaire et acceptée par l'auteur de l'infraction est homologuée par le président du tribunal de grande instance ou par un juge par lui désigné, après avoir entendu, s'il y a lieu, l'auteur de l'infraction assisté, le cas échéant, par son avocat.
« II.-La proposition de transaction est déterminée en fonction des circonstances et de la gravité de l'infraction, de la personnalité et de la situation matérielle, familiale et sociale de son auteur ainsi que de ses ressources et de ses charges. Elle fixe :
« 1° L'amende transactionnelle due par l'auteur de l'infraction et dont le montant ne peut excéder le tiers du montant de l'amende encourue ;
« 2° Le cas échéant, l'obligation pour l'auteur de l'infraction de réparer le dommage résultant de celle-ci ;
« 3° Les délais impartis pour le paiement et, s'il y a lieu, l'exécution de l'obligation de réparer le dommage.
« III.-L'acte par lequel le président du tribunal de grande instance ou le juge par lui désigné homologue la proposition de transaction est interruptif de la prescription de l'action publique.
« L'action publique est éteinte lorsque l'auteur de l'infraction a exécuté dans les délais impartis l'intégralité des obligations résultant pour lui de l'acceptation de la transaction.
« En cas de non-exécution de l'intégralité des obligations dans les délais impartis ou de refus d'homologation, le procureur de la République, sauf élément nouveau, met en œuvre les mesures prévues à l'article 41-1 ou une composition pénale, ou engage des poursuites.
« IV.-Les opérations réalisées par l'officier de police judiciaire en application des I et II du présent article sont relatées dans un seul procès-verbal.
« V.-Les modalités d'application du présent article sont fixées par décret en Conseil d'Etat. »




1970-2010 40 ans de prohibition
legislation et politique
cannabis therapeutique
societe et actu cannabis
repression et prohibition du cannabis
image

USA : LA LÉGALISATION DU CANNABIS POURRAIT PROGRESSER DANS LES ÉLECTIONS DE MI-MANDAT

Les initiatives électorales qui ont lieu à travers les États-Unis lors des élections du 4 Novembre devraient montrer si l'assouplissement des lois sur la marijuana qui a commencé dans le Colorado et Washington est vraiment une tendance.

image

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

5èmes rencontres nationales de la réduction des risques : « Drogues : la sale guerre »

image

CANNABICULTEURS EN DANGER

Un texte de Jean-Pierre Galland datant de 2013 mais toujours d'actualité en cette période de récoltes…

image

RÉFORME DU CODE PÉNAL : L’ARTICLE 35 VU PAR LE SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE

À la demande générale d'un fidèle internaute, quelques explications sur la réforme du Code Pénal à venir…

image

La consommation de cannabis au Colorado (France Info)

La consommation de cannabis est légale dans l'État du Colorado aux États-Unis. Huit mois après, on voit apparaître un véritable business lié à cette drogue et la criminalité est en baisse.

image

CANNABIS : PRÉVENIR, INFORMER, RÉGLEMENTER, C'EST LE CIRC

En téléchargement, le nouveau dépliant du CIRC sur l'association elle-même

image

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

INFOS PARTOUT, MILDECA NULLE PART !

 

Alors qu'une délégation uruguayenne donne une conférence sur la légalisation du cannabis dans son pays, on note la remarquable absence de la MILDECA…

image

MÉDIAPART - Légaliser le cannabis (7/7). Les fumeurs français se font jardiniers

En Europe, le cannabis est de plus en plus produit dans le pays où il est consommé. Moins que la crainte de l’interpellation, c’est la question du budget, le souci de la qualité du cannabis et le refus de nourrir le trafic qui semblent motiver les cannabiculteurs marseillais rencontrés. Dernier volet de notre enquête.

image

Nouveaux tshirts du CIRC

Campagne « Pas de victime, pas de crime ! »

image

MÉDIAPART – Légaliser le cannabis (6/7). La France s'accroche au tout-répressif

Alors que l’Uruguay, le Colorado et Washington aux États-Unis ont légalisé la production de cannabis, que ses voisins européens en dépénalisent l’usage, la France reste arc-boutée sur sa loi du 31 décembre 1970, l’une des plus répressives en Europe. Avec des effets inefficaces puisque la consommation reste l'une des plus élevées du continent.

image

MÉDIAPART – Légaliser le cannabis (5/6). L'exemple de l'Uruguay inspire l'Amérique latine

La loi prévoyant le contrôle par l’État de la production et de la vente de cannabis entre en application. L’exemple uruguayen provoque un mouvement en faveur de la légalisation au Mexique, au Brésil, au Chili, en Colombie et en Argentine.

image

MÉDIAPART – Légalisation du cannabis (4/6). Les impasses de la « guerre contre la drogue »

Le mouvement de réforme des politiques en matière de cannabis signifie-t-il que la « guerre contre la drogue » américaine arrive à son terme ? Non, mais il indique bien une évolution voire un changement de paradigme, lent et encore brouillon, tant aux États-Unis qu’en Amérique latine. « Est-ce que les États-Unis mènent toujours la guerre contre la drogue ou est-on passé à autre chose ? Nous n’en savons rien », déplorait récemment l'ancien président colombien César Gaviria.

image

MÉDIAPART – Légalisation du cannabis (3/6). Mamie devrait-elle fumer des joints ?

Aux États-Unis, le cannabis est au cœur d’une industrie en plein boom, tant à des fins récréatives que médicales. Mais que sait-on de cette substance ? Alors que des vétérans l'utilisent contre le stress post-traumatique ou que des parents y recourent pour soigner leur enfant épileptique, le point sur les découvertes et les zones d’ombre laissées par la recherche scientifique.

image

médiapart – Légalisation du cannabis (2/6). Comment aimer le joint est devenu politiquement correct

Ils sont désormais une majorité d’Américains à soutenir la légalisation de la marijuana. Ils se laissent convaincre par des arguments divers, des bienfaits médicaux du produit jusqu’à la manne financière que représente un cannabis régulé et taxé. Des messages portés par des « faiseurs d’opinion » influents : des associations et lobbies très bien dotés, s’activant sur le terrain pour faire bouger les lignes. Deuxième volet de notre série.

image

MÉDIAPART – Légalisation du cannabis (1/6). Le Colorado, fier d'être un laboratoire

Sept mois après l’entrée en vigueur des lois autorisant la culture, la vente et la consommation de cannabis à usage récréatif dans le Colorado, les touristes affluent, le business de la marijuana et les taxes qu'il rapporte explosent, le cadre réglementaire évolue quasi quotidiennement… Reportage dans un État laboratoire, regardé de près par Washington.
image

SÉCURITÉ ROUTIÈRE : BOIRE OU FUMER, MIEUX VAUT CACHETONNER !

Difficile de se faire une idée réelle des répercussions de l’usage de stupéfiants sur la conduite. Et la nouvelle enquête de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONIRS) ne nous éclaire guère à ce sujet.

image

OBSCURANTISME FORT ET VERT

Jamais à une approximation scientifique ou une contre-vérité prêt, M. Serge Lebigot se répand à nouveau dans les médias…

image

Cultiver du cannabis, un business en vogue en Europe

En Europe, le cannabis est de plus en plus cultivé localement, par des particuliers mais aussi des groupes criminels attirés par ce marché lucratif. C'est aux Pays-Bas et au royaume-Uni que le plus grand nombre de sites de production a été détecté, devant la Belgique et la Pologne.

image

Une longue histoire en médecine

Un assouplissement de la législation devrait accélérer les recherches sur l'utilisation du cannabis. | AFP/PABLO PORCIUNCULA

image

« Un marché de 10 milliards de dollars d'ici à cinq ans »

Steve DeAngelo est le président d'ArcView Group, le premier réseau d'investisseurs consacré au cannabis.

CIRC Paris 2013 - le CIRC ne fait pas de prosélytisme. admin