communiqué de presse

le 07/03/2014

Plus belle la beuh !

 

Signe des temps, la libération de la parole ne vient pas seulement des franges les plus réactionnaires de notre société. Elle touche aussi des sujets jusqu’ici ostracisés ou traités selon l’orientation politique du moment.

Ainsi celui du chanvre récréatif (Cannabis sativa L.) se voit-il, depuis quelques temps, plus sereinement évoqué dans les médias. L’exemple de leur remarquable bienveillance à l’égard de la proposition de Loi de la sénatrice EELV, Mme Esther, le démontre.

Au cinéma comme dans la chanson, cela fait bien longtemps qu’on l’y aborde. À la télé, c’est plus récent. Au-delà de son évocation lors de « talk-shows » où les personnalités sont invitées à se lâcher pour faire grimper l’audience, il y a ces petits programmes courts, ces mini-séries qui, souhaitant coller au plus près de la réalité sociétale, n’hésite plus à évoquer les sujets d’actualités.

Plus belle la vie en est. De façon dramatique, cette série avait déjà montré il y a quelques années, l’un de ses personnages atteint d’un cancer et décidé à se procurer du cannabis pour soulager les désastreux effets secondaires d’une chimiothérapie.
Dernièrement, c’est sur le ton de la comédie que les scénaristes sont revenus sur le sujet, et du côté récréatif cette fois-ci. Anticipant les foudres du CSA ou les mauvais esprits pouvant interpréter une quelconque incitation, la production s’était fendue d’un petit avertissement en début d’épisode, ainsi que d’un macaron « - 10 » dans le coin droit de l’image. Curieux d’ailleurs que ce ne soit pas, dans la logique de la protection de la jeunesse chère à nos institutions que ne soit pas apposé un « - 16 »… Sans doute leurs avocats ne l’ont-ils pas jugé utile.

À la banalité de son usage parmi la population française et européenne, le Circ oppose la parfaite intégration d’une pratique peut-être pas anodine, en tout cas bien moins dangereuse que d’autres pourtant légales.

La criminalisation d’une partie de plus en plus importante de nos concitoyen(ne)s – jeunes et moins jeunes – posant de plus en plus de problèmes, la solution ne serait-elle pas désormais d’adapter la Loi à l’évolution des mœurs ?

 

Fédération des CIRCs




CIRC Paris 2013 - le CIRC ne fait pas de prosélytisme. admin